Le Yunnan fait partie des provinces les plus appréciées des touristes en Chine. Il suffit de prononcer son nom pour qu’un tas de couleurs, d’arômes, de paysages et d’impressions viennent à l’esprit. Les montagnes himalayennes, les rizières en terrasse, les forêts tropicales, les festivals, les marchés locaux des minorités, l’architecture bai, les danses tibétaines, les villages reculés et l’ancienne Route du thé et des chevaux… autant d’images qui se bousculent dans l’imaginaire et qui se vivent au Yunnan, où le vélo reste le mode de transport privilégié pour explorer campagnes et villages.

Autour de Kunming, la « cité de l’Éternel Printemps », s’épanouissent hibiscus et camélias, orangers et plants de tabac. Dans le nord, la province s’élance à l’assaut de l’Himalaya et les températures refroidissent. Dans le sud, la région autonome du Xishuangbanna est un paradis tropical abritant quelques-unes des dernières grandes forêts pluviales de la planète. Quant à la forêt de pierre de Shilin, elle est le prolongement en point d’orgue des fabuleuses formations karstiques du Guangxi et du Guizhou.

Shangri-la, le « Far West chinois »

Perchée à 3 300 m d’altitude, Zhongdian s’étend au nord-ouest du Yunnan, cernée de pâturages et de montagnes aux sommets enneigés. Certains voyageurs décrivent cette région comme une sorte de « Far West chinois ». En plus d’être proche de la frontière avec le Sichuan, Zhongdian est aussi l’une des portes d’entrée vers la route du Tibet. Bien connue des amateurs d’aventures extrêmes, la région inspira aussi de nombreux auteurs et explorateurs. Dans l’entre-deux-guerres, le géographe américain Joseph Rock décrivit dans de nombreux articles publiés dans National Geographic ces régions frontalières, sises dans l’ancien Kham tibétain. En 1933, ses textes inspirèrent l’écrivain James Hilton pour son roman Horizon Perdu, dans lequel il dépeignait une contrée mythique du nom imaginaire de Shangri-La.

La région est essentiellement habitée par des Tibétains. Vous découvrirez ici cette communauté riche de traditions séculaires, que le tourisme de masse amené à se développer dans la région dévoie progressivement.

Le Xishuangbanna, unique zone tropicale de Chine avec sa grande diversité

Au sud, le Xishuangbanna était un paradis semi-mythique pour les Chinois de l’époque impériale. Cet ancien pays leur apparaissait nimbé de mystères, avec ses grandes montagnes et ses crêtes abruptes, ses forêts tropicales humides primaires et ses villages traditionnels de minorités ethniques vivant dans des maisons sur pilotis à la frontière sino-birmane… Ces minorités furent repoussées vers le sud du Yunnan à l’époque des invasions barbares au XIIIe siècle. Essentiellement peuplé de Dai, son nom signifie dans la langue de cette minorité « les 12 000 rizières ».

Cette région est un véritable jardin botanique naturel. Sur les 15 000 km² de forêts primaires humides, on trouve plus de 5 000 essences de plantes différentes, des centaines d’espèces d’oiseaux et d’animaux. Tigres d’Indochine et éléphants d’Asie y vivent encore, mais sont menacés de disparition : en plus du braconnage, les forêts primaires se rétrécissent comme peau de chagrin. Les Chinois pratiquent une politique de déforestation massive et une culture extensive sous couvert de nourrir leur nombreuse population. Mais la réalité est toute autre : ce sont les plantations d’hévéas, dont la gomme sert à la fabrication de pneumatiques, qui ont en fait réduit à néant la totalité des forêts de basse altitude et s’attaquent désormais aux forêts de collines. Dans leur sillage, c’est toute la biodiversité de la région qui en est perturbée.

Yuanyang, les plus impressionnantes rizières du monde

Situé à un peu plus de 100 km de Jianshui, Yuanyang est une petite bourgade entourée de paysages époustouflants. Le petit bourg ne mérite pas en soi le déplacement dans ces contrées du Sud. Mais les rizières valent bien à elles seules des dizaines d’heures de bus ! Réputées pour être les plus belles de Chine, les rizières de Yuanyang se dressent à moins de 10 km du petit bourg. Le spectacle est grandiose ! Cet immense escalier se dessine sur le relief escarpé, l’eau scintille sous la lumière du soleil et les premières pousses pointent leur nez dès l’arrivée du printemps. Le paysage semble avoir été sculpté comme par magie. La région de Yuanyang est marquée par la forte présence de la minorité Hani. L’histoire raconte qu’ils furent les premiers cultivateurs de riz de la région, on leur doit d’ailleurs les magnifiques rizières en terrasse de Yuanyang. Au fil du temps, les Hani sont devenus de véritables spécialistes en matière d’irrigation. Ils mirent au point d’ingénieuses méthodes qui permettent d’évacuer le surplus d’eau ou bien de la maintenir en cas de sécheresse. La récolte du riz se fait dès l’arrivée de l’automne.

Les Gorges du Saut du Tigre, une randonnée légendaire

Un voyage dans le Yunnan est souvent synonyme de randonnée dans ​​​​​les Gorges du Saut du Tigre. Les eaux bouillonnantes se forcent un passage à travers ces gorges d’une longueur de 17 km et d’un dénivelé de 196 m formant une série de chutes. La légende raconte qu’un tigre pourchassé s’échappa sur la rive opposée d’un grand bond (d’où le nom). Le trekking n’est pas forcément ardu, mais demande tout de même de prendre des précautions : prévoir de l’eau et de la nourriture, des vêtements chauds, de bonnes chaussures et des lampes de poche. Il faut compter 2 journées de marche pour profiter de ce sentier spectaculaire.

Le Yunnan hors des sentiers battus

Mais un voyage dans le Yunnan est aussi l’occasion de sortir des sentiers touristiques habituels. On pourra notamment faire une halte à Baoshan. Même si la ville a revêtu, ces dernières années, ses habits de modernité, elle n’en reste pas moins une ville d’histoire. Autrefois, le petit bourg était l’une des étapes de la Route du thé et des chevaux. Il n’est pas difficile de s’imaginer la bourgade traversée par des dizaines de caravanes remplies de denrées et d’entendre le hennissement des chevaux. Un parfum d’autrefois règne en maître à Baoshan. La ville est aujourd’hui reconnue pour sa production d’orchidées. Tous les ans au mois de juin, une grande fête est organisée. C’est l’occasion pour l’ancienne cité marchande de se parer de ses plus belles fleurs. Ce festival fait le bonheur des amateurs d’horticulture.

À un peu plus de 200 km au nord de Kunming se profilent les terres rouges de Lexiaguo et ses terrasses enchanteresses qui permettront de prendre de superbes clichés depuis les points de vue offerts par les villages Huashitou, Luoxiagou (ou Lexiaguo) et Damakan.

Puis, à l’est de Kunming, il faudra aussi découvrir le village de Puzhehei, surnommé le « petit Guilin ».

On y découvre un superbe paysage, fait de montagnes karstiques et de zones humides où pullulent les lotus. Encore préservés du tourisme de masse, les environs offrent des panoramas incroyables et l’accueil authentique et souriant de la communauté Yi est à la hauteur.  

Enfin, retour sur l’ancienne Route du thé et des chevaux pour une découverte atypique, celle du village de Nuodeng, accroché à flanc de colline. Et c’est à pied que l’on parcourt avec délice les ruelles escarpées d’un village qui accueille sur ses hauteurs le monastère et le temple de Confucius. Pour conclure en beauté une excursion hors du temps.

 

Infos futées

 

Utile. Pour préparer au mieux son voyage.

CIEL YUNNAN - Plus d’informations sur le site