Situé entre les haut sommets du Tibet et les plaines du Gange, le Bhoutan est un pays aux trésors inestimables, mais qui reste pourtant méconnu du grand public. Sa nature préservée en fait un véritable paradis pour les randonneurs qui y découvrent des paysages de toute beauté, tout comme des merveilles architecturales. Sa culture traditionnelle est restée parfaitement intacte au fil du temps et il est de plus très agréable d'entrer en contact avec une population d'une incroyable hospitalité et toujours prête à ouvrir ses portes aux visiteurs. Si sa géographie particulière a contribué à son isolement tout au long de l'histoire, c'est aujourd'hui une destination à bien considérer lorsque l'on souhaite découvrir un territoire aux multiples facettes tout comme s'immerger dans la culture bouddhiste. Voici les incontournables du Bhoutan.

©

Une visite de la capitale Thimphu

Lors d'un voyage au Bhoutan, il faut passer un moment dans sa capitale Thimphu. Si la ville tend à se développer aujourd'hui, elle est loin d'avoir perdu de son charme pittoresque avec ici et là, des touches de spiritualité qui prennent place au milieu des restaurants, des cafés et des boutiques. Il ne faut pas manquer d'aller faire un tour sur son marché où se réunissant de nombreux Bhoutanais venus vendre leurs produits. Puis il faut poursuivre par les principaux lieux de culte : le Trashi Chhoe Dzong, qui est le centre du pouvoir actuel et le Mémorial Chorten, où les pèlerins viennent en nombre pour y faire leurs prières. Une fois la visite du musée national effectuée, pourquoi ne pas prendre la route du Changlimithang Stadium, c'est ici que l'on assiste à des compétitions du sport national, le tir à l'arc. 

©

Aller voir les sites bouddhistes dans le Bhumtang

Le Bumthang est une région du centre du pays et est aussi son cœur spirituel, là où l'on découvre les plus anciens sites bouddhistes. Dans cette région d'une richesse incomparable, il y a quatre vallées, dont la plus réputée est celle de Choskhor. On commence par aller voir l'ancien temple Jambay Lakhang, qui a été construit au VIIe siècle et qui accueille tous les ans une impressionnante fête bouddhiste. Autre monastère, autre beauté : le Kurjey Lakhang est un lieux intéressant et surprenant puisque c'est dans une grotte que les visiteurs découvrent l'empreinte du corps d'un grand maître bouddhiste, Guru Rinpoché. Au-delà des anciens monastères qui contribuent très largement à la beauté des lieux, le Bhumtang est aussi une région à la nature de toute beauté. Et au cours de balades pédestres, on part également à la rencontre d'habitants au mode de vie ancestral et rural. 

©

Assister à un festival traditionnel 

Si le Bhoutan est un territoire marqué par une belle nature préservée et de nombreux monastères, la découverte du royaume se fait aussi par le biais des festivals. Le pays est profondément marqué par la foi, les valeurs traditionnelles et à l'occasion des grands événements, on assiste à de superbes danses masquées dans tous les grands monastères. Les festivals de Wangdue et de Thimphu font partie des plus connus et se déroulent à l'automne. À cette occasion prennent place des rituels et des danses costumées sous le son des cymbales, des tambours et des trompes, des moments spirituels qui visent à ressusciter les dieux et démons de la mythologie bouddhique. Toute la population aiment se retrouver autour de chants et de rituels qui ont pour objectif d'acquérir des mérites. Dans l'Est du Bhoutan et dans le Bhumtang, d'autres festivals ont un caractère encore plus religieux et sont plus intimistes. Là aussi, les habitants enfilent leurs plus beaux costumes colorés et le spectacle est éblouissant.

©

Admirer le dzong de Punakha 

Lorsque l'on prend la direction de l'ouest de Thimphou, on trouve à une distance de 80 km Punakha, qui n'est autre que l'ancienne capitale du Bhoutan. Construit à la confluence des rivières Pho et Mo, le dzong de la ville est tout simplement majestueux et les visiteurs aiment passer du temps à l'admirer dans ses moindres détails. Si le site a subi au cours de l'histoire des inondations, des incendies ou bien encore des tremblements de terre, il a toujours été reconstruit avec une très belle harmonie architecturale et le monument est aujourd'hui la résidence d'hiver du roi, symbole de sa fonction politique passée. Chaque année, le festival de Punakha se tient dans la cour du monastère et on assise aux danses étonnantes des moines boudhistes. Après un temps au dzong, il faut aussi en profiter pour aller explorer la vallée de Punakha, superbe avec ses forêts de magnolias et de rhododendrons. 

©

Parcourir le territoire de Lhuntse 

Lhuntse est un territoire isolé qui se trouve dans le nord-est du pays. Autrefois, il a abrité de nombreuses résidences des rois et aujourd'hui, on y trouve des sites sacrés qui accueillent les croyants en pèlerinage. La zone se trouve au carrefour de plusieurs parcs nationaux et abrite une nature préservée, à la sublime faune et flore locales, sauvages. Après avoir fait un tour au dzong de Lhuntse, chef-d’œuvre du XVIIe siècle, il faut profiter de ses paysages constitués de falaises abruptes recouvertes de forêts de conifères. C'est aussi dans cette région que l'on trouve les textiles qui permettent de fabriquer la robe traditionnelle portée par les Bhoutanaises. Et un périple sur le  territoire de Lhuntse ne peut être parfait sans s'arrêter chez l'habitant pour partager l'Ara, un alcool local de riz ou de céréales fermentées.

©

S'émerveiller dans la vallée fertile de Paro 

La vallée de Paro est riche et fertile et constitue une étape incontournable d'un voyage au Bhoutan. C'est là, à plus de 2 000 m d'altitude que l'on trouve des sites culturels de grand intérêt et des villages pittoresques où il ne faut pas avoir le vertige. Perché sur une colline dominant toute la vallée, le monastère de Taktsang est un lieu à ne manquer sous aucun prétexte. Il a été édifié en 1692 puis reconstruit en 1998 après un incendie. Il est en outre l'un des sites les plus réputés du pays. Cette forteresse abrite en réalité plusieurs temples et ce qui rend le lieu si unique, c'est sa situation sur une falaise vertigineuse. S'il faut plusieurs heures de marche pour rejoindre cette merveille à 3 000 mètres d'altitude, il est aussi possible d'opter pour une ascension à cheval. Dans tous les cas, il faut laisser son regard plonger au cœur de la vallée de Paro, avec sa verdure et ses ondulations.

©

Une halte à Trashigang 

La ville de Trashigang était par le passé un important centre de commerce, notamment pour les marchands qui souhaitaient exporter leurs biens au Tibet. Les visiteurs aiment y faire une halte pour aller voir son fabuleux dzong, perché sur un éperon. Il domine la vallée et la rivière et en son centre, on y trouve un grand nombre de temples d'époque. Une autre activité à faire est de flâner dans l'ancien bazar. C'est là que l'on profite de l'artisanat local et que l'on trouve les tissus  « handloom ». Pour ceux qui souhaitent s'y rendre en novembre ou en décembre, il faut savoir que le district organise le Trashigang Tsechu, un important festival religieux qui est l'occasion pour les habitants de se costumer et de se retrouver autour de chants et de danses traditionnels. L'atmosphère y est accueillante et c'est un moment qui laisse de beaux souvenirs.

©

La région de Sakteng, territoire reculé 

Le Bhoutan est un pays préservé dans son intégralité mais il faut savoir qu'il existe au sein même du pays des zones quasi inexplorées par les visiteurs. C'est le cas de la région de Sakteng, qui se situe à seulement 60 km de la ville de Trashigang. Le lieu mérite que l'on s'y attarde, notamment pour espérer apercevoir les espèces qui vivent dans le coin : le léopard des neiges ou bien encore le panda roux. C'est aussi une zone où l'on peut entrer en contact avec une ethnie singulière, les Brokpas. Peuple semi-nomadique, ils se déplacent de territoire en territoire avec des troupeaux de yaks, à la recherche des pâturages les plus fertiles. Ce peuple se démarque par son mode de vie, mais aussi par sa langue, sa religion ou bien encore sa façon de s'habiller. Ils sont aussi des histoires fascinantes à raconter sur le yéti, qui d'après eux, continue de hanter la région.

©

Escapade dans la vallée du Haa 

Lorsque l'on a visité la ville de Paro, il est ensuite recommandé de prendre la direction de la vallée du Haa dans le Bhoutan occidental. On plonge alors dans une atmosphère des plus calmes, avec des paysages composés de larges prairies verdoyantes. On accède à cette région en franchissant le Chela La, un haut col du pays qui culmine à une hauteur de 3 810 m. Au cours d'une randonnée, on va voir Lhakhang Karpo et Lhakhang Nagpo, les temples noir et blanc, on visite le monastère du Haa et on peut également pousser jusqu'au couvent de Kila. La vallée du Haa est un territoire parfait pour marcher sur plusieurs jours et s'arrêter pour quelques instants chez l'habitant, à la découverte des saveurs de la cuisine locale. 

©

Le village haut perché de Laya

Si ce village exceptionnel est difficile d'accès, il mérite incontestablement le détour. Le meilleur moyen est d'effectuer un trek depuis Gasa. Pendant trois jours, on découvre de superbes paysages, des prairies alpines, des hautes montagnes en passant par des jungles subtropicales denses. On croise aussi la route d'espèces endémiques comme le takin, l'animal national du Bhoutan. Puis, une fois arrivé dans le village de Laya, on découvre une commune où vivent moins de 1 000 habitants qui font partie de l'ethnie Layap, avec des us et coutumes qui leurs sont propres. Ils portent des chapeaux coniques, de splendides habits traditionnels et des bijoux. En fin de journée, ils se réunissent autour de chants traditionnels, un formidable moment à vivre dans le plus haut village du pays.

©