Ce département symbolise les hauts sommets alpins et leurs prestigieuses stations. Ici culmine la France, au mont Blanc (4 810 mètres). Du pied de ce massif mythique, Chamonix domine le monde de l'alpinisme. Aiguille du Midi, Mer de glace : la Haute-Savoie, c'est haute montagne, alpinisme et stations huppées avec, au coude à coude, Megève et Morzine. Plus sportives et moins festives, il y a La Clusaz et Les Contamines-Montjoie. Reflétant les sommets enneigés, les lacs s'invitent dans le paysage, composant des tableaux féeriques. Dans leur écrin de sommets dentelés, le lac d'Annecy et le lac Léman offrent leurs berges romantiques, leurs roselières, refuge d'une avifaune sauvage, et leurs eaux de navigation pour des croisières gourmandes et naturalistes. Le chef-lieu haut-savoyard, Annecy, est l'un des joyaux touristiques de la France. Tout le charme de cette destination chic estampillée ville d'art et d'histoire opère dans le centre médiéval, très pittoresque avec ses canaux et ses ponts. D'où le surnom de Venise des Alpes donné à Annecy. Retrouvez sur notre guide les informations utiles sur la Haute-Savoie : hébergements, loisirs et sorties, événements, curiosités culturelles, naturelles ou historiques, bonnes tables, etc.

Les lieux incontournables de Haute-Savoie

Quand partir en Haute-Savoie ?

Quand partir en Haute-Savoie ? Les deux saisons touristiques de la Haute-Savoie sont l'hiver avec le ski et l'été avec les randonnées en haute montagne. Cette destination vous accueille donc été comme hiver. Mais il ne s'agit pas d'une destination bon marché. Si votre budget est serré, préférez les intersaisons qui offrent des tarifs avantageux, particulièrement pour les séjours tout compris. Ce territoire de charme qui attire salons et séminaires programme des événements internationaux tout au long de l'année. Il n'y a pas de saison morte à Annecy. La ville est bien vivante toute l'année et chaque saison a son charme. Mais là aussi, les petits budgets éviteront l'été où les prix des hébergements et des restaurants flambent. Difficile de trouver un logement libre lors du week-end de la fête du Lac, début août, sauf si vous réservez longtemps en amont. Affluence également, mais dans une moindre mesure, lors du festival international du Film d'animation, en juin. L'automne et le printemps composent la basse saison aux tarifs les plus abordables. Moins de touristes, mais toujours des animations culturelles et toutes les tables et boutiques ouvertes. En été, Annecy se fait balnéaire, invitant aux plaisirs nautiques et à la randonnée le long des berges. En hiver, le reflet dans le lac d'un écrin de montagnes enneigées installe une magie toute particulière. On visite alors la ville en doudoune et chaussures fourrées avant de s'attabler devant une fondue savoyarde. C'est aussi la saison où Annecy fait figure de camp de base reculé et chic pour tester plusieurs stations de ski haut-savoyardes.

Organiser son voyage en Haute-Savoie

Photos de Haute-Savoie

Découvrir la Haute-Savoie

Les immanquables

Vous avez rêvé de découvrir la Haute-Savoie avec ses sites naturels remarquables, et de pénétrer l'âme de ce pays de caractère ? Nous avons sélectionné des visites incontournables pour établir l'itinéraire idéal de ceux qui voudraient aller à l'essentiel ! Du Mont-Blanc mythique aux gorges du Fier en passant par le massif du Giffre et le Genevois Savoyard, des rives du Léman au lac d'Annecy, sept sites à ne pas manquer entre nature extrême, patrimoine régional et lieux de charme !

Drapeau – blason

Créé en 1860, le département de Haute-Savoie n'a pas de blason. Son drapeau est l'ancien blason du Duché de Savoie auquel il appartenait jusqu'à son rattachement à la France : 4 carrés rouges, un à chaque coin, qui forment une croix blanche centrale à 4 branches symétriques. C'est le même drapeau que celui du département de la Savoie. Il ne faut pas le confondre avec celui de la Suisse, également rouge et blanc, mais dont la croix centrale blanche à branches symétriques est au centre d'un grand carré rouge.

Depuis 150 ans, le site des Gorges du Fier enchante les visiteurs

La puissance au naturel ! Des phénomènes géologiques insolites que l'on visite depuis 1869, grâce aux multiples passerelles installées à flanc de rocher. Pour mieux observer le tumulte du torrent dévalant les gorges profondes, les ponts de bois surplombent le Fier depuis leurs 27 mètres de hauteur. Vertigineux ! Mais aussi combien extraordinaire : marmites de géants, mer de rochers... la nature a sculpté de magnifiques paysages au cours des siècles dans ces époustouflantes Gorges du Fier. Des curiosités qui, alliées à la végétation luxuriante, sollicitent l'imaginaire vers des mondes enchantés. Une balade exceptionnelle qui ravit les adultes comme les enfants !

Haute-Savoie
Haute-Savoie
Haute-Savoie
L'aiguille du Midi
Annecy et son lac
<p>Annecy.</p>

Annecy.

Un paysage de carte postale ! Ses abords privilégiés sur le lac d'Annecy, auquel elle a donné son nom, offrent une vue panoramique exceptionnelle sur la couronne des sommets dentelés du massif des Aravis et les montagnes du massif des Bauges qui se reflètent sur un lac paisible, en apparence. A Annecy - la perle des Alpes - et son lac, tout est prétexte à l'enchantement ! La montagne du Semnoz domine de sa forêt bienveillante la ville pour s'étendre jusqu'à son château et la jolie vieille ville blottie au pied de ses remparts. Il surplombe les toits du Vieil Annecy, bordé par la partie nord du lac et traversé par le canal du Thiou, dans lequel se déverse son trop plein. Une vieille ville qui mérite amplement son surnom de " petite Venise " en raison de ses promenades romantiques le long du Thiou, de ses canaux et ses quais fleuris. En son coeur, la proue du palais de l'Isle se laisse saisir par les photographes exaltés... La beauté du site incite à la flânerie. Sur les bords du lac, le parc des Jardins de l'Europe fait face à la romantique île aux Cygnes ; le fameux pont des Amours enjambe le canal du Thiou, pour rejoindre l'esplanade du Pâquier et sa magnifique promenade le long du lac qui mène aux romantiques Jardins de l'Impérial. Une des plus belles vues sur le lac d'Annecy et ses monts environnants : Parmelan, Veyrier, Dents de Lanfon et Tournette, du massif des Bornes de la chaîne des Aravis ; Semnoz, Roc des Boeufs, Arcalod et Trélod, du massif des Bauges.

Le lac d'Annecy est le deuxième lac alpin d'origine glaciaire de France - 27 km2 de surface, 14 km de long et 3,5 km de largeur maximale, 42 m de profondeur avec des trous pouvant atteindre 80 m. Il est réputé pour être le plus pur d'Europe. Formé de deux bassins qui se réunissent à l'endroit resserré entre Talloires et la presqu'île de Duingt, son grand lac que borde Annecy est au nord et son petit lac qui se ferme sur sa réserve naturelle du Bout du Lac à Doussard, au sud. Sur sa rive est : les communes résidentielles les plus tardivement ensoleillées d'Annecy-le-Vieux, Veyrier, Menthon-Saint-Bernard et Talloires ; sur sa rive ouest, les communes de Saint-Jorioz, Sévrier et Duingt, d'où l'on admire les plus belles vues sur le massif des Aravis. Malgré une apparente tranquillité, le lac n'en est pas moins agité en période de mauvais temps. Il est pourtant un véritable régulateur des températures hivernales et celles de ses eaux varient annuellement entre 3 °C et 25 °C. Mais les roselières et marais des rives du lac ont vu leurs surfaces diminuer au fil des ans - ces milieux ont en effet un rôle important de régulation et d'épuration - et sont aujourd'hui protégés. Un grand nombre de sports nautiques s'y pratiquent : voile, aviron, paddle, ski nautique, planche à voile, plongée... Quant à la baignade, elle reste bien souvent le moment de détente favori des autochtones. Quoi de plus agréable que d'aller "piquer une tête" un jour de canicule, ou tout simplement lézarder sur une des plages en herbe (payantes ou non) ? Les sites idylliques de la plage municipale de Saint-Jorioz et de celle de La Brune à Veyrier-du-Lac, ainsi que l'attention portée à leur aménagement, ont été récompensés par le label " Pavillon Bleu " pour 2017. Les plages municipales des Marquisats à Annecy et d'Annecy-le-Vieux - défavorisées par le sens des vents qui apportent leur lot de déchets lors des orages - sont néanmoins entièrement gratuites.

Le cirque du fer à cheval
Les gorges du Fier
Les gorges du Pont du Diable
Le mont Blanc
<p>Le glacier d'Argentière dans le massif du Mont Blanc</p>

Le glacier d'Argentière dans le massif du Mont Blanc

C'est le plus haut sommet d'Europe et un des sites naturels les plus visités au monde ! Le mont Blanc (4 810 m) aux neiges éternelles donne son nom au massif du Mont-Blanc - des aiguilles, glaciers et dômes de plus de 3 500 m d'altitude - dont il est le point culminant. Il ne faut pas le confondre avec le mont Blanc du Tacul (4 248 m) du même massif. Mesuré potentiellement à 4 807 m en 1863, il fait l'objet d'une campagne de mesures tous les 2 ans depuis 2001 : des géomètres experts observent la modification de la calotte glaciaire et les indications de variation du climat. Son altitude varie de 4 808 m (en 2003) à 4 810,44 m (en 2011) selon les périodes de canicules ou non : en septembre 2017, il mesurait exactement 4 808,72 m, mais chaque septembre d'une nouvelle année, des mesures confirment ou non la tendance à la fonte.

Depuis le XVIIIe siècle, nombre d'alpinistes du monde entier tentent de vaincre ce sommet mythique, chaque année. Les premiers d'entre eux furent deux chamoniards, en 1786 : le docteur Michel Paccard et le chasseur de chamois - et cristallier - Jacques Balmat, sous l'impulsion du scientifique H.-B. de Saussure (qui pensait que seul un montagnard expérimenté pouvait réussir cette ascension). Partis le 7 août, de nuit, sans cordes, piolets, crampons, ni lanternes, seulement équipés de simples bâtons ferrés, ils parviennent au sommet le lendemain à 18h23. Balmat, dit le mont Blanc, deviendra guide pour conduire l'expédition organisée par Horace-Bénédicte de Saussure en 1787. Celui-ci fera connaître cette formidable ascension au monde entier, à travers la publication de son récit dans Voyages dans les Alpes. Le 14 juillet 1809, une Chamoniarde, dite la Rose du mont Blanc, Marie Paradis (en compagnie du guide Payot), réussira la première ascension féminine. Quant à la genevoise Henriette d'Angeville, surnommée la fiancée du mont Blanc, elle sera la seconde femme à vaincre le sommet et laissera à la prospérité des carnets admirables : on la voit vêtue de tenues excentriques  - chapeau de paille, redingote, pantalon de zouave... Depuis le XIXe siècle, le mont Blanc est devenu l'une des ascensions les plus prisées au monde ! Il est aujourd'hui malheureusement victime de son succès et devient un véritable objet de consommation pour certains touristes inconséquents qui oublient que ces sommets sont rares. Il faut respecter cette nature exceptionnelle et savoir que la haute montagne est accessible aux plus aguerris. Être bien équipé et bien informé pour s'attaquer aux sommets de haute altitude est primordial et il vaut mieux se faire accompagner par des professionnels de la haute montagne.

Pour regrouper cette nouvelle profession, en 1821 fut créée la Compagnie des guides de Chamonix (des professionnels de la haute et moyenne montagne) pour accompagner les alpinistes amateurs en toute sécurité. La voie classique démarre par l'ascension de l'aiguille du Goûter (3 863 m) et le refuge du Goûter, elle se poursuit sur le dôme du Goûter (4 304 m) et le refuge Vallot (4 362 m) qui sont des étapes incontournables pour accéder au sommet du mont Blanc en deux jours. Une ascension inoubliable et accessible à tous, à condition de posséder une bonne endurance et une accoutumance à l'altitude... et d'être accompagné par un professionnel !

Le Salève

Petite montagne appréciée des Genevois qui s'y rendent en balade depuis 1890, le Salève offre une vue panoramique sur le Genevois Savoyard, d'un côté, Suisse, de l'autre. Le versant nord, auquel on accède à pied par le sentier de la Grande-Gorge depuis Collonges-sous-Salève, ou, depuis le Pas-de-l'Echelle (Etrembières) par le téléphérique du Salève, offre des points de vue lointains rares sur Genève et son jet d'eau, le Léman et une partie du bassin lémanique avec le Jura à l'horizon. Le versant sud, en pente douce, est recouvert de prairies et forêts que traverse le chemin du Salève-des-Pitons pour rejoindre le Grand Piton (1 379 m), le point culminant de la montagne genevoise. C'est ici que les grimpeurs s'offrent le plaisir d'une varappe dans le couloir rocheux réputé de ses parois calcaires La Varape, qui deviendra un terme usuel désignant l'escalade de parois abruptes et ses passionnés, les varappeux. La montagne du Salève, est aussi le conservatoire naturel d'une riche flore et faune alpines, très étudiées par les naturalistes dès la Renaissance. Ses influences méridionales (le mont Salève est excentré par rapport à l'axe alpin) en fait le site historique de la nidification du vautour percnoptère, autrefois. Zone de conservation Natura 2000, il abrite encore aujourd'hui de rare espèces de chauves-souris, le sonneur à ventre jaune (crapaud) à la plus haute altitude connue (1 250 m) et la très rare clématite des Alpes.

Pour s'y rendre, depuis 1932, le téléphérique par câble du Salève remplace le petit train à crémaillère. Abandonné, puis restauré en 1984, il propulse aujourd'hui les visiteurs à 1 100 mètres d'altitude et a fêté ses 85 ans d'existence en 2017. L'arrivée du téléphérique est le point de départ de nombreuses balades accessibles à tous, avec des points de vue splendides. Des animations organisées par la Maison du Salève de Pressilly sont régulièrement délocalisées à l'arrivée du téléphérique (fêtes, ateliers, sorties encadrées, etc.). En voiture, d'Etrembières à Cruseilles, sur la route des Crêtes, se succèdent les trois sommets de la chaîne du Salève et le panorama s'ouvre sur la vallée de l'Arve, les Alpes dominées par le mont Blanc, et, plus au sud, le lac d'Annecy. A noter, l'Ultra Montée du Salève en avril : faire le plus grand nombre de montées possibles dans un temps donné.

Le téléphérique du Salève, 2 millions de voyages en 10 ans

Sur la montagne préférée des Genevois, l'installation de 1932 a fêté ses 85 ans d'existence le 23 septembre 2017, en franchissant le cap symbolique de 2 millions de passagers transportés jusqu'au sommet du Salève depuis 2007, date de reprise du téléphérique par le Groupe Local de Coopération Transfrontalière GLCT. Un groupe franco-genevois chargé de l'exploitation de cette remontée mécanique d'altitude au passé glorieux qui a vu rouvrir son restaurant en 2009 et se développer à nouveau sa fréquentation annuelle. En activité toute l'année, le téléphérique est devenu l'accès incontournable au sommet du Salève pour les randonneurs à pied et en raquettes qui ne manquent pas le point de vue unique des deux côtés de la frontière. De plus, de nombreuses animations au départ, comme à l'arrivée, rendent cette montée au Salève fort motivante pour les familles !

Yvoire
<p>L'église d'Yvoire, dédiée à saint Pancrace</p>

L'église d'Yvoire, dédiée à saint Pancrace

Classé parmi les plus beaux villages de France, ce bourg médiéval fortifié, au bord du Léman, a su préserver son patrimoine architectural. Yvoire s'est développé autour de son château médiéval dont il a su conserver deux portes fortifiées, à la fin du XIIIe siècle. Cette sentinelle du Léman - sa position est stratégique entre petit et grand lac, entre Genève et Duché de Savoie - souffrira des assauts suisses au XVIe siècle. Devenu simple village de pêcheurs et d'agriculteurs, il s'éveilla sous l'impulsion de sa municipalité dans les années 1950 : de nombreux vestiges du Moyen Age et de nombreuses maisons du XVIIIe siècle furent préservés. Son charme naturel et sa position privilégiée au bord du Léman en ont fait depuis une des destinations préférées du Chablais Français. Il est sans doute préférable de fuir les foules d'estivants durant la pleine saison d'été et de savourer les charmes des lieux dans une période calme... A visiter, le Jardin des Cinq Sens, un jardin botanique au remarquable labyrinthe organisé autour d'un cloître végétal selon l'art des jardins clos du Moyen Age et, à proximité, le paisible domaine de Rovorée.

Reportages & actualités de Haute-Savoie

Découvrez les circuits à vélo en Haute-Savoie

Avis