Le Japon fait partie de ces pays où les paysages sont très marqués au fil des saisons. Destination souvent prisée au printemps grâce à ses cerisiers en fleurs ou en été lors des grandes vacances scolaires, l’archipel nippon est tout aussi connu pour l’automne. Avec ses températures plus douces qu’en France de septembre à novembre, le Japon se décline alors en mille nuances de jaune et rouge avec ses arbres tels que le ginkgo ou l’érable. Si vous avez déjà visité la ville de Tokyo ou la région de Kumamoto auparavant et que vous souhaitez diversifier vos escapades ou activités, voici une liste qui pourra vous donnez des idées.

Tokyo

Rikugien. Le magnifique jardin Rikugien proche de la station Komagome permet de se faire un bel aperçu de la beauté de l’automne japonais. Construit à l’époque d’Edo sous le shogunat de Tokugawa, il s’agit d’un jardin traditionnel japonais avec un îlot de verdure dans un étang, une colline avec une belle vue en hauteur, de nombreux arbres de teintes et de variétés différentes dont un imposant cerisier pleureur qui fait le bonheur des visiteurs lors des floraisons printanières. Il est possible de se relaxer dans les petits salons de thé traditionnels en dégustant des collations de saison tout en profitant du panorama. A la taille plus modeste que le grand parc Shinjuku Gyoen, le jardin met en place des installations lumineuses au printemps et en automne pour pouvoir admirer de nuit les arbres aux couleurs chaudes. 

Quartier historique de Ryôgoku. Au-delà des quartiers habituels et très fréquentés de Shinjuku, Shibuya ou encore Harajuku, Tokyo a bien d’autres facettes à proposer. Le quartier de Ryôgoku est connu pour son stade national de sumo, le Kokugikan dans lequel se déroule des tournois trois fois par an. Il est ainsi possible de goûter le plat typique des sumo, le chankonabe (ragoût de viandes, poissons et légumes variés), mais aussi plein d’autres spécialités comme le monjayaki ou l’okonomiyaki (sortes de galettes préparées sur plaque chauffante) dans le complexe de restaurants Edo Noren juste à la sortie de la gare JR Ryôgoku. Le quartier est aussi connu comme ayant été celui où a résidé et vécu l’artiste Katsushika Hokusai durant toute sa vie. Le musée Sumida Hokusai, ouvert depuis novembre 2016, à l’architecture surprenante, rend hommage au maître. Au 3e étage, l’exposition permanente permet d’en apprendre plus sur le processus de création des estampes et de découvrir de nombreuses œuvres de l’artiste. Des esquisses aux nombreuses étapes de peinture, en passant par la sculpture des planches, tout l’art des ukiyo-e est expliqué en anglais au moyen de nombreux écrans tactiles ludiques et pédagogiques.

Kumamoto

Les paysages variés de la région de Kumamot. La préfecture de Kumamoto située au sud de l’île de Kyûshû a été le théâtre de gros événements sportifs en 2019, notamment la Coupe du monde de rugby ainsi que la Coupe du monde de hand-ball féminine. La région aux multiples facettes regorge de paysages variés, d’une nature abondante par son caractère volcanique, de sources thermales et de spécialités culinaires à foison. En effet le volcan actif Aso a forgé les reliefs de la région et ses alentours suite à une énorme éruption qui a eu lieu il y a environ 9 000 ans. Il est possible de découvrir le Mont Aso en randonnée ou encore en hélicoptère pour une vue imprenable sur le cratère dégageant une épaisse fumée quotidiennement mais faisant partie intégrante du paysage de Kumamoto. Le vol dure un peu moins de dix minutes et permet également d’apercevoir les forêts, les plaines et vallées aux alentours. Il est fortement recommandé de louer une voiture pour pouvoir se promener au-delà du centre-ville de Kumamoto, car la préfecture est riche de verdures luxuriantes et de parc nationaux. Il serait dommage de passer à côté de ces merveilleux paysages!

Gastronomie. S’il est de notoriété publique que l’on mange très bien à Kyûshû, la préfecture de Kumamoto ne déroge pas à la règle. La région offre une belle diversité de spécialités locales comme le ramen tonkotsu au bouillon riche et parfumé, le dangojiru, la soupe miso locale agrémentée de nombreux légumes et de dango (de la pâte de riz gluante comme du mochi) ou encore la viande de bœuf de très bonne qualité à déguster en barbecue ou en donburi. Plus étonnant, la consommation de viande de cheval en sashimi (donc crue!), le basashi est considéré comme un mets typique du coin. Kumamoto est aussi la région des takana, des feuilles de moutarde saumurées et fermentées à déguster en accompagnement avec du riz nature, en soupe ou en riz sauté. Autre spécialité locale, le karashi renkon, des tranches de racine de lotus dont les trous ont été comblés avec du karashi (moutarde japonaise) puis frits.

Balade à vélo et Kurosawa Onsen. Les nombreuses forêts et parc nationaux de la région offrent non seulement un spectacle coloré au fil des saisons, mais aussi la possibilité de faire plusieurs escapades à vélo, grâce à des pistes cyclables aménagées reliant les chemins de forêt à divers spots touristiques comme des cascades ou des hameaux. Il est notamment possible de rejoindre à vélo la station thermale Kurokawa Onsen. Ce village connu pour ses rotenburo (bains extérieurs) et ses nombreuses auberges traditionnelles de luxe a de quoi ravir les sens. Le charme de ses petites ruelles en pente, de ses boutiques d’artisanat local et de ses bâtiments à l’architecture typique parsemés autour de la rivière Kurokawa, le tout rehaussé par les couleurs automnales des feuilles et des arbres, donnent l’impression d’être dans une parenthèse merveilleuse loin de tout et hors du temps. Les ryôkan proposent souvent une option en demi-pension, avec des repas kaiseki qui subliment la cuisine locale par des présentations raffinées et soignées. Autre bonus de certaines auberges, la possibilité d’emprunter des yukata (kimono légers principalement portés en été ou lors des festivals) pour pouvoir se balader dans les ruelles en tenue traditionnelle. Pour ceux qui ne souhaitent pas y rester la nuit, il est possible de prendre un pass à la journée à 1 300 yen (valable 6 mois) permettant de profiter des bains de 3 ryôkan différents.

 

Par Stéphanie Ah-Fa

Promotion du Japon avec Tokyo Convention and Visitors Bureau